Art & Culture Monaco

Monaco préserve sa vie économique et culturelle

Devant la forte hausse des contaminations à la Covid-19, la Principauté de Monaco a durci les mesures sanitaires, sans aller pour l’instant au confinement.

Le Prince Albert II puis le ministre d’Etat ont successivement annoncé les nouvelles modalités qui, contrairement à la France voisine, n’impose pas de confinement ni de fermeture des commerces. Ainsi, c’est un couvre-feu à 20h qui s’impose à tous, sauf en cas de dérogation pour motif répertorié.

Si les bars sont complètement fermés, une exception importante concerne les restaurants, salles de jeu et de spectacles qui peuvent rester ouverts jusqu’à 21h30. Ce qui, pour les premiers, permet un service avancé mais quasi normal avec réservation obligatoire le soir. Un justificatif permettra aux clients et spectateurs de rentrer chez eux avant 22h. Pour Alberte Escande, présidente de l’Association des industries hôtelières monégasques, le flou subsistait sur les bars-restaurants mais pour le ministre d’État Pierre Dartout, "il y a un critère simple et c’est celui-ci qu’il faut utiliser : tout dépend de la prédominance du chiffre d’affaires, si cela tient au bar ou au restaurant".

Côté spectacles, les situations sont variées. Le Festival de Jazz, qui devait débuter le 16 novembre au Palais Garnier a été annulé. Les concerts ou spectacles qui peuvent avancer leurs horaires seront maintenus mais c’est du coup par coup. C’est ce que fait notamment l’Orchestre philharmonique qui propose également une diffusion audio en direct des concerts sur son site www.opmc.mc. Avec l’opération "Culture et vous", de nombreux spectacles sont proposés au tarif unique de 5€. On sait par ailleurs que le Village de Noël ouvrira bien le 4 décembre sur le port mais en format très réduit.

De son côté, le Musée océanographique de Monaco est fermé jusqu’au 1er décembre "pour des raisons de sécurité et pour l’équilibre économique" selon son directeur Robert Calcagno.

Les autres musées (NMNM, Archéologie, Timbres ou Voitures) restent ouverts gratuitement jusqu’à fin novembre. Seule l’exposition à la Villa Paloma de l’artiste japonais Shimabuku, qui ne peut se déplacer, est reportée.