Art & Culture Monaco

Enfance et gestion du stress

Psychologue clinicienne et psychothérapeute, Karine Miquelis s’est formée auprès de structures monégasques avant d’intégrer l’Association "Action Innocence Monaco". Elle a ensuite poursuivi son engagement auprès du Ministère de la Justice française.

Spécialisée dans la problématique de la violence et dans la clinique du trauma, elle a fondé une plateforme répondant à la demande de sessions thérapeutiques en ligne. Pour Télé Monaco, notre experte partage quelques conseils permettant d’aider les plus jeunes à vivre cette période inédite.

> Quels impacts les mesures sanitaires peuvent-elles avoir sur les plus jeunes ?
Les enfants sont plein de vie et ne se rendent pas forcément compte de ce que signifie une distanciation physique adaptée. Certains se questionnent, formulent des interrogations et d’autres présentent une angoisse… Il faut bien leur expliquer la fonction de ce masque et des gestes barrières, sans tomber dans une paranoïa. Il est important de leur préciser que c’est provisoire et de leur donner des repères pour qu’ils intègrent que la vie ne tourne pas qu’autour de ces dispositifs. Attention à ne pas les aseptiser !

> Comment expliquer aux enfants ce qu’il se passe ?
Il est important de leur parler de la réalité qui les entoure. Ils sont pris dans ce système malgré eux, il est donc nécessaire de les inclure dans votre discours. On peut leur expliquer "la vérité", c’est-à-dire qu’il s’agit d’un virus qui s’attrape plus facilement si nous ne pratiquons pas les gestes barrières et que des docteurs travaillent dur pour que l’on puisse enlever les masques prochainement. Leur dire que les personnes âgées sont plus fragiles n’est pas une mauvaise choses, puisqu’elles le sont forcément face aux virus. ll n’ont pas le recul nécessaire pour intégrer toute la gravité que le phénomène a engendré ou la manière dont il peut évoluer dans le temps. Attention à ne pas projeter vos angoisses sur vos enfants à travers vos gestes et vos paroles car ils sont en pleine construction psychique et ils s’approprient facilement des discours qu’ils ne sont pas toujours en capacité de comprendre.

> Quels conseils donnez-vous aux futures mamans angoissées ?
Je leur dirai de se recentrer sur un des moments les plus beaux qu’elles vivent au cours de leur vie. L’angoisse peut se comprendre et des pratiques respiratoires ou méditatives permettent de réguler le stress donc il ne faut pas hésiter à se créer une routine bien-être. L’enfant est sensible aux réactions maternelles. Il est donc important que la grossesse ne soit pas secondaire, il s’agit d’un enfant porté mais aussi d’une construction familiale. Le virus ne doit pas s’inviter à cette table.


Karine Miquelis : www.seancedepsy.com